Butembo : les enseignants appelés à éviter toutes formes de violence

Publicités

 

 

Jackson Bagheni

 

Le directeur de la province éducationnelle Nord-Kivu 2 a effectué une visite mardi 1er février 2022 à l’école primaire Vutetsi, une école situé au quartier Matanda, commune Musasa en ville de Butembo.

Selon monsieur Salomon shalumoto, directeur de la province éducationnelle Nord-Kivu 2 cette visite avait pour but de s’imprégner d’un cas de violence physique enregistré dans la classe de quatrième année de l’école précitée par une enseignante sur son écolier, il y a de cela quelques jours.

Le PROVED salut les mesures prises par le directeur de cette école et appelle les enseignants à ne pas faire usage des toutes formes des violences envers les apprenants.

« Je me suis retrouvé à l’Ep Vutetsi parce que dans des réseaux sociaux il y a un cas qui circule, comme quoi il y a eu un cas de violence physique au niveau de la quatrième année D.

C’est pourquoi je me suis rendu dans cette école pour s’imprégner de la situation.

Après notre descente sur terrain nous avons constaté que c’est juste, ce que nous venons de déploré tous.

Par ces mots je demande à tout les enseignants d’éviter tout celà parce que c’est prohibé et peuvent même lire dans le code 22; ces sont des actes qui prohibé au niveau de l’EPST»; a-t-il fait savoir.

Cependant, il appelle les professionnels de la craie à recourir à d’autres formes de punition. Occasion pour lui d’annoncer que les boîtes à suggestions seraient disponibles dans toutes les écoles afin de se rendre compte de la manière dont les sanctions se passe au sein des écoles et formé une commission chargée de la gestion de cas des violences faites aux apprenants.

Pour rappel , l’enseignante de la classe précitée avait infliger 50 fouets à 5 écoliers pour n’avoir pas accepter de partager avec l’enseignante des beignets acheté pendant la récréation, mais aussi pour avoir refuser de donner 1000 francs congolais , chacun de ces 5 écoliers, afin d’être épargné de recevoir ces fouets, comme avait témoigné l’écolier Makeo John.

Laisser un commentaire