Conflit entre Miba et Sacim: Félix Tshisekedi joue au sapeur pompier

Publicités

 

Sarah Bukasa

 

Poursuivant son séjour à Mbuji mayi, le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a effectué ce lundi 27 décembre 2021, une visite de travail en début d’après midi, à la société ANHUI CONGO Sarl, une société d’investissement Minier.

Le Chef de l’État était allé palper du doigt, les réalités de la société et connaître les difficultés auxquelles sont confrontées les travailleurs.

Au cours d’une réunion qu’il a présidé, pour écouter les différentes parties notamment les dirigeants de Sacim sur les revendications de la partie Miba.

S’exprimant à la presse, les ouvriers de SACIM ont déploré les conditions inhumaines dans lesquelles ils travaillent et demandent au président de la République d’inviter leurs dirigeants en vue d’améliorer leurs conditions de travail afin de permettre la paix sociale et le développement de la communauté locale.

Ayant constaté une vive tension sur place à Miabi au sein de la population qui en veut aux méthodes de la société chinoise, le président de la République a décidé la mise en place urgente d’une commission paritaire.

Celle-ci sera composée du ministère du Portefeuille, des Mines, de la Miba, de la Sacim et d’autres acteurs impliqués dans la résolution du conflit entre les deux dernières entreprises au sujet de l’exploitation du site Kimberlytique appartenant à la Miba, mais exploité par la société d’investissement Minier Sacim, en violation des règlement du code minier, selon les dires du DG ai de la Minière de Bakwanga.

Dans le même ordre d’idées, le garant de la Nation a instruit les dirigeants de la Sacim d’humaniser les conditions sociales de leurs travailleurs, en leur demandant d’améliorer leurs conditions salariales.

Il y a lieu de signaler que la Sacim est une société d’exploitation minière vieille de plus de huit ans, située dans le groupement de Bena Tshimungu, dans le secteur Kakangayi, à 45 km de la ville de Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï Oriental.

Laisser un commentaire