Coopération RDC-Belgique : Voici les excuses du Roi des Belges au Congolais devant le congrès

Publicités

 

 

 

Rédaction

 

 

Le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a accompagné, ce mercredi 8 juin, son hôte de marque, le Roi Philippe de Belgique, au Palais du peuple.

L’adresse attendue du Souverain belge aux représentants de la nation, députés et sénateurs réunis en Congrès, avait tout l’air d’un mea culpa de la Belgique plus que jamais décidée à tourner la page triste de l’époque coloniale avec ses travers et ses excès.

Le Souverain belge a, pour sa toute première visite en RDC, tenu à réaffirmer ses profonds regrets, faisant un clin d’œil à tous ceux qui en souffrent encore aujourd’hui dans leur chair. Le régime colonial, a-t-il dit, « était basé sur l’exploitation et la domination privilégiant la relation inégale, en soi injustifiable, marquée par le paternalisme, la discrimination et le racisme ».

Et d’ajouter que la présence belge au Congo d’avant 1960 avait néanmoins laissé un héritage ayant ancré le pays dans ses frontières actuelles.

« La préservation de l’intégrité territoriale du Congo est une préoccupation majeure que partage la Belgique», a-t-il rassuré.

Tout en reconnaissant qu’avant l’indépendance, le futur Premier ministre, Patrice-Emery Lumumba, prônait déjà le maintien de l’unité de la nation congolaise, le Roi Philipe s’est dit préoccupé par l’instabilité qui prévaut actuellement à l’Est de la RDC. « Cette situation ne peut plus durer », a-t-il martelé ajoutant « qu’il en va de notre responsabilité à tous d’y remédier ».

Le soutien de la Belgique, quant à ce, est donc acquis. Cela, a-t-il dit, pourrait se traduire par un plaidoyer au niveau des instances internationales en faveur de toute initiative visant le développement harmonieux de l’Afrique des Grands Lacs.

Au-delà des relations d’État et à État, le Souverain belge a mis en exergue les liens interpersonnels, riches et variés, tissés entre les belges et les congolais lesquels permettent aujourd’hui de construire l’avenir.

« Nous avons intérêt à unir nos forces pour répondre ensemble à nos nombreux défis communs. Cela requiert un grand sens de la collaboration, un vrai partenariat d’égal à égal et une créativité à la hauteur des défis actuels », a déclaré le Roi Philipe plus d’une fois ovationné par les congressistes.

Auparavant, le Président de la République Félix Tshisekedi a, dans son mot de bienvenu, salué la visite du Roi Philipe en RDC.

« Une visite symbolique et historique » qui, a-t-il indiqué, sera marquée d’une empreinte indélébile puisqu’intervenant douze années après celle de son auguste prédécesseur, le Roi Albert II.

Le président Félix Tshisekedi a rappelé les efforts constants fournis, à travers l’histoire, par la RDC et la Belgique pour consolider leurs relations privilégiées et historiques, mues par un objectif commun. Des efforts matérialisés par la mise en œuvre d’une politique commune d’ouverture et de réchauffement des relations bilatérales. C’est dans ce contexte, a-t-il ajouté, qu’il a fait son choix sur la Belgique comme première étape de sa toute première tournée européenne dès son accession à la Magistrature suprême.

Une tournée qui a permis l’élaboration d’une nouvelle approche des relations belgo-congolaises voulues davantage privilégiées.

Le Chef de l’Etat congolais a aussi tenu à exprimer sa reconnaissance à l’endroit de la Belgique dont la volonté de contribuer au développement de la RDC via de nombreux projets est demeurée longtemps infaillible.

Laisser un commentaire