Coopération/Restauration de la paix : Une équipe mixte RDC-Kenya en tournée dans les provinces de l’Ituri, Nord et Sud-Kivu

Publicités

 

 

Sarah Bukasa

 

 

Le processus de paix de Nairobi initié par le président de la RDC et soutenu par le Conclave des Chefs d’Etat de la East African community est désormais irréversible avec le soutien tous azimuts apporté par la communauté internationale.

En prévision du prochain round des consultations et du 3ème conclave des Chefs d’Etat de la communauté, une équipe mixte RDC-Kenya est en tournée dans les provinces de l’Ituri, Nord et Sud-Kivu.

Conduite par le mandataire Spécial du Chef de l’Etat congolais Serge Tshibangu et Georges Masafu, l’Ambassadeur du Kenya en RDC, cette équipe conjointe rencontre avec le soutien de la division politique de la Monusco, les acteurs concernés par ce processus de paix à savoir les groupes armés et les leaders communautaires.

La présence du diplomate Kenya se justifie par le fait que le président Uhuru Kenyatta pilote le volet politique de ce processus et en assure la facilitation.

À l’étape de Goma, point de regroupement du « Petit Nord « regroupant les territoires de Masisi, Rutshuru, Walikale et Lubero, l’équipe mixte a échangé avec les responsables des 6 communautés à savoir les Hutu, les Nande, les Hunde, les Nyanga, les Tembo et les Tutsi.

Étant donné qu’il est clairement établi que les communautés locales ont de l’influence sur les groupes armés et que les liens parraissent évidentes, il était donc nécessaire d’écouter ces leaders locaux, de les sensibiliser afin qu’à leur tour, ils influencent positivement les combattants armés à saisir l’opportunité leur offerte par le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi.

Au total 18 groupes armés actifs dans le petit nord ont longuement échangé à tour de rôle, avec l’équipe mixte en présence des fonctionnaires de la Monusco. 6 groupes n’ayant pas pris part aux consultations de Nairobi 1, ont rejoint le processus dont le NDC/ Rénové de Guidon, l’APCLS et plusieurs fractions Nyatura, les 12 autres présents à Nairobi ont réaffirmé leur engagement à poursuivre le processus.

Les leaders communautaires tout comme groupes armés reconnaissent que les questions d’autodéfense des communautés, la coexistence difficile entr’elles et les raisons économiques exacerbent les conflits armés.

Des pistes de solution ont été proposées afin de garantir le processus de réinsertion sociale.

Mais en tout état de cause, il a été rappelé à tous qu’il est hors de question de procéder à une intégration collective des démobilisés et le principe d’une justice transitionnelle pour les coupables de graves violations.

L’équipe présidentielle mixte est attendue dans le Grand Nord et en Ituri avant de se rendre dans la province du Sud-Kivu pour le même travail.

Laisser un commentaire