EPST : les enseignements des écoles primaires publiques de Kinshasa créent leur propre syndicat

Publicités

 

 

La Rédaction

 

Le Syndicat national des enseignants des écoles primaires publiques de la RD Congo a effectué sa sortie le week-end à Kinshasa, en procédant à l’élection de ses premiers animateurs.

À cette occasion, il a demandé au gouvernement d’uniformiser la prime de gratuité dès ce mois de février 2022.

Dans une déclaration à la presse à l’issue de la mise sur pied de ce syndicat, son secrétaire général, Ignace Mbala Keto, a dénoncé une « mauvaise catégorisation » des écoles primaires :

« Nous, enseignants des écoles primaires publiques de Kinshasa, étions réunis pour réfléchir sur les points suivants. L’inégalité de la prime de gratuite, la déconsidération des enfants des enseignants du primaire dans les écoles secondaires. S’agissant du premier point, personne n’ignore les montants que nous avons touches ».

Et d’ajouter, ne pas comprendre les critères selon lesquels le gouvernement a classifié les catégories des écoles. Les unes perçoivent, selon lui, 200 000 francs congolais, et les autres, 30 000. « Sur ce, nous demandons au gouvernement d’uniformiser ladite prime dès ce mois de février 2022 », a-t-il poursuivi.

Ignace Mbala Keto demande par ailleurs à tous les enseignants des écoles primaires publiques d’être unis pour défendre en toute légalité leurs droits à travers leur nouveau syndicat.

Laisser un commentaire