Gel de ses comptes par Afriland First Bank : L »UPN appelle Fatshi à intervenir 

Publicités

 

 

 

Casimir MBIYAVANGA

 

 

Le personnel de l’Université Pédagogique Nationale était, ce mercredi 31 août, en sit-in devant le siège d’Afriland First Bank à Kinshasa/Gombe pour dénoncer le gel illégal des comptes de leur université orchestré par cette banque. Ils ont déposé à cette banque un mémo dans lequel ils exigent le dégel des comptes dans 48 heures, faute de quoi, d’autres actions de grandes envergures suivront, occasion pour eux d’en appeler à l’intervention personnelle du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi.

Sifflet et chants dans la bouche, messages de protestation brandis à travers des papiers cartons, ces cadres scientifiques et administratifs de l’Université Pédagogique Nationale n’ont réclamé qu’une chose : le dégel des comptes bancaires de leur institution afin qu’ils soient payés. À les entendre, ils n’ont touché qu’un seul mois de salaire depuis le début de cette année académique. De quoi faire comprendre la misère dans laquelle ils sont plongés. Pour cause, le coup joué par leur ancien partenaire, Afriland First Bank, qui a fait bloquer les comptes de l’UPN « alors qu’on ne peut pas geler le salaire des travailleurs », s’est plaint le chef de travaux Joseph Lukadi, président de l’Association des cadres scientifiques de l’UPN.

« Nous sommes victimes d’une injustice orchestrée par Afriland First Bank, avec laquelle nous sommes en partenariat depuis longtemps. En bloquant ses comptes (de l’UPN : Ndlr), cette banque a osé priver à ce personnel de l’UPN même sa rémunération. Elle a tout bloqué alors qu’elle la clef de répartition. Ce qui fait qu’à ce jour, l’université ne sait pas à payer son personnel alors que l’UPN, en tant qu’établissement public, jouit de l’immunité de saisie », a laissé entendre le président de l’ACS.

Et de poursuivre : « Ça fait plus de 5 mois que nous n’avons pas de salaire à cause de cette banque. Elle a décidé, en complicité avec un huissier de justice, de geler les comptes de l’UPN et de l’asphyxier ».

Le chef de Travaux Joseph Lukadi a fait appel à l’intervention personnelle du Chef de l’État, Félix Tshisekedi, afin qu’une solution rapide soit trouvée.

D’après certaines sources au sein de l’UPN, le conflit entre les deux camps est parti du manque de transparence de cette banque dans la gestion d’une dette contractée par cette université publique. Dette qui resterait statique après plusieurs années alors que la banque était censée retirer annuellement à la source étant donné que les étudiants payaient les frais académiques là-bas. À l’arrivée de l’actuel comité de gestion de l’UPN, la nouvelle Rectrice a écrit, sur recommandation de la communauté universitaire, plusieurs correspondances à Afriland First Bank pour clarifier la situation de cette dette mais sans succès. C’est ainsi qu’elle a finalement pris le courage de mettre fin au contrat et d’envoyer ses étudiants payer les frais ailleurs.

Approchée par la presse, la banque Afriland s’est réservée de donner sa version.

Laisser un commentaire