Irumu : Les victimes de la double attaque des ADF-MTM à Kandoyi et à Bandiboli ont été inhumées

Publicités

 

 

 

Jackson Bagheni

 

 

C’est sous une forte émotion que les corps des personnes tuées lors de la double attaque attribuée aux combattants ADF dans les villages Kandoy et Bandiboli en chefferie des Walese Vonkutu en Irumu le vendredi 05 et le samedi 06 août dernier, ont été mis en terre le dimanche 07 août à Komanda, à plus au moins 80 kilomètres au sud de Bunia.

Ces victimes du carnage ont été ramenés à Komanda par une équipe conduite par l’administrateur militaire du territoire d’Irumu, le colonel Siro Nsimba, qui a accompagné les volontaires de la croix rouge sur les lieux de drame. L’inhumation a eu lieu dans une fosse commune, en présence de milliers des personnes.

15 corps ont été enterrés sur place à Komanda, 3 autres à Kandoyi suite à leur état de décomposition très avancée et 2 autres corps ont été ramenés à Marabo, dans la chefferie des Mobala, dont un taximen et sa cliente.

La Convention pour les Respect des Droits Humains (CRDH) attribue la responsabilité de la persistance de l’insécurité dans cette zone au gouvernement congolais qui ne veut pas s’imposer pour ramener la paix durable dans la zone.

« L’État congolais ne doit pas à chaque fois se culpabiliser en disant qu’il fait face à un groupe terroriste », a lancé Christophe Munyanderu, coordonnateur du CRDH-Irumu, à challengeinfo.net, en marge de la dite cérémonie.

Pendant ce temps, un mouvement massif des habitants des villages Bamande, Takumanza et Bapiya est toujours signalé vers Mungamba et Komanda centre.

Pour le moment, la situation sécuritaire dans ces villages est sous contrôle des FARDC.

Laisser un commentaire