Ituri : Les miliciens CODECO ont tué les civils à Djugu

Publicités

 

 

Jackson Bagheni

 

 

Selon les sources concordantes, plus de 50 personnes ont été tuées par la milice de la CODECO, la nuit du samedi au dimanche 08 mai dernier au village Blanket groupement Mabilindey dans le secteur de Banyali kilo à plus au moins 12km du centre négoce de Plito, dans le territoire de Djugu, province de l’Ituri.

Plusieurs blessés ont été signalés et une centaine de maisons ont été incendiées.

Cette triste nouvelle est confirmée par l’administrateur militaire du territoire de Djugu, le colonel Maboso Jean-Ladis qui condamne cette énième tuerie tout en invitant la population de cette partie d’être derrière les forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et la police nationale congolaise, dans l’objectif de barrer la route à ces ennemis de la paix qui massacrent la population jour et nuit.

 »Selon l’information à notre possession, plusieurs personnes ont été tuées, des maisons incendiées, des biens de valeur pillés et des populations en débandade. Nous condamnons avec force l’acte que ces filles et fils du terroir continuent à commettre dans le territoire de Djugu. Nous encourageons très vivement la population de Djugu d’être toujours derrière son armée FARDC et la police nationale congolaise en vue de barrer la route à ces ennemis de la paix. Enfin, nous compatissons avec la population de la dite contrée et surtout ceux-là qui ont perdu les leurs  », a t-il dit à challengeinfo.net ce lundi 09 mai.

Ce bilan lourd est le deuxième après celui survenu en février dernier dans un site des déplacés de la plaine Savo situé à trois kilomètres de Bule, dans la chefferie de Bahema Badjere où 62 civils avaient été tués par les miliciens CODECO.

Ces filles et fils égarés continuent à commettre cet acte ignoble pendant que toutes les couches sociales ituriennes avec les autorités de l’État de siège ne prêchent que la paix et la cohabitation pacifique entre les communautés vivant dans la province de l’Ituri.

Signalons que cette situation a occasionné un déplacement massif de la population craignant cette mauvaise situation pour se diriger vers les lieux jugés sécurisés.

Laisser un commentaire