Kabundgate : entre enrichissement illicite et populisme, le vrai Kabund enfin démasqué ! 

Publicités

 

(Tribune d’une analyste indépendante)

 

Alors que son enrichissement illicite était dénoncé tout azimut par plusieurs cadres au sein de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti présidentiel, dès sa prise de fonction dans le bureau Mabunda, avant l’éclatement de la coalition FCC-CACH.

Cependant, l’incident survenu entre Jean-Marc Kabund et les éléments de la Garde républicaine (GR) vient appuyer cette thèse péremptoire.

Nul ne pouvait penser que « le peuple d’abord » n’était qu’un slogan vidé de son sens et était loin de se matérialiser dans le chef des dirigeants de l’UDPS.

Il a fallu qu’un clash intervienne entre Jean-Marc Kabund et cette unité spécialisée à la sécurité du président de la République et sa famille communément appelée « Bana Mura » pour que la République toute entière se rende compte de la belle vie luxueuse que mène le président ad interim du parti de Sphinx de Limete. Des sources proches de Kabund révèlent que ce dernier vit dans une opulence absolue.

Avant l’arrivée de l’UDPS au pouvoir, l’on se souviendra de la manière dont le député national Jean-Marc Kabund chantait pour un changement de la population, changement qui pourrait intervenir que si le social de la population devenait une réalité. Mais hélas ! La politique du ventre a primé dans le régime en place.

Magnifique villa construite en moins de 3 ans seulement au pouvoir. D’après quelques témoignages reçus sur place, Jean-Marc Kabund aurait acheté plusieurs parcelles dans le quartier Kingabwa avec une enveloppe colossale, ensuite, il aurait donné le marché à une entreprise chinoise.

D’où est sorti ce bijou à kingabwa pendant que plusieurs combattants de la « Base » dorment à la belle étoile ? Les donneurs de leçons d’hier, sont-ils devenus des jouisseurs d’aujourd’hui ? Difficile d’y répondre, mais de poser une question, c’est y répondre.

Dans le journal de la télévision Congoweb le week-end dernier, ce haut cadre du parti au pouvoir a été également accusé d’avoir plusieurs carrés miniers dans le Haut-Katanga, précisément dans la ville de Lubumbashi ceci en complicité avec une entreprise minière au nom d’excellence.

Tous ces scénarios démontrent noir sur blanc que la politique du vendre d’abord est toujours d’application chez le président a.i de l’UDPS en lieu et place du peuple d’abord.

Pour la nième fois, la mémoire du docteur Étienne Tshisekedi est souillé à cause des égos politiques.

Vivra verra !

Laisser un commentaire