Kanbundgate :  » l’homme indispensable n’existant pas en politique, on y pourvoira  » (Ngoyi Kasanji)

Publicités

 

Sarah Bukasa

 

Le député national Alphonse Ngoy Kasanji a exprimé son constat dans la nuit du dimanche au lundi à travers Twitter. A ses yeux, la disgrâce est établie entre le président ad interim du parti présidentiel (Union pour la démocratie et le progrès social, UDPS) et le chef de l’État.

Pour Kasanji, le désormais ex Premier vice-président du Parlement congolais a franchi la ligne rouge. Ainsi, cet ancien gouverneur du Kasaï orientale n’est pas allé par le dos de la cuillère pour donner également son point de vue. Le transfuge du FCC a appelé, à l’occasion, au soutien de Félix Tshisekedi pour le futur et le bien-être de tous les Congolais.

« La disgrâce me semble être établie et que la ligne rouge a été franchie, la nouvelle page s’ouvre avec les nouveaux horizons. L’homme indispensable n’existant pas en politique, on y pourvoira. Restons tous unis autour du président de la République afin de relever les défis du bien-être de tous », a-t-il tweeté.

Jean-Marc Kabund avait annoncé sa démission du poste de Premier vice-président de l’Assemblée nationale jeudi, après le sabotage de sa résidence par les éléments de la garde républicaine. De leur part, les combattants de l’UDPS ont différemment interprété ces événements. Les pro Kabund condamnent la violation du domicile du président intérimaire de leur parti, tandis que ceux qui exigent son départ du parti voient dans le désarmement du militaire de la garde républicaine par les policiers commis à sa sécurité, une façon d’attenter à la vie du chef de l’État. Une situation qui avait engendré des heurts au siège national de L’UDPS, dans la commune de Limete.

Laisser un commentaire