L’armée rwandaise accuse les FARDC d’avoir « arrêté » ses deux soldats en patrouille au frontière RDC et Rwanda

Publicités

 

 

Jackson Bagheni

 

 

Deux militaires rwandais, ont été capturés, samedi 28 mai dernier par les forces loyalistes de la RDC, à Biruma, dans le groupement Gisigari en territoire de Rutshuru, où l’armée congolaise s’affronte aux rebelles du M23, depuis quelques jours.

En réaction, l’armée Rwandaise (RDF) dit reconnaître ses deux militaires. Cependant, elle refuse la thèse selon laquelle ces deux soldats combattaient au côté du M23 et demande leur libération sans condition.

Pour la RDF, ces éléments ont été enlevés alors qu’ils patrouillent le long de la frontière entre la RDC et le Rwanda. Elle accuse, ainsi les FARDC d’une agression provocatrice.

« Suite à l’agression provocatrice des FARDC le 23 mai 2022, où plusieurs roquettes ont été tirées sur le territoire rwandais, les FARDC avec les FDLR ont attaqué les RDF le long de notre frontière, et deux soldats des Forces rwandaises de défense ont été enlevés alors qu’ils patrouillaient », note la RDF dans un communiqué parvenu à challengeinfo.net

 »Nous avons depuis localisé ces deux militaires : le Cpl Nkundabagenzi Elysee et le Sdt Ntwari Gad détenus par les FDLR dans l’Est de la RDC. Nous appelons les autorités de la République démocratique du Congo qui travaillent en étroite collaboration avec ces groupes armés génocidaires à obtenir la libération des soldats des RDF  », poursuit l’armée rwandaise.

Plusieurs photos des rwandais capturés dans les zones d’affrontements par les services des FARDC au champ de bataille. La RDC a reconnu la présence de l’armée rwandaise au côté du M23 pour combattre les FARDC. Ce samedi 28 mai 2022, le conseil supérieur de la défense a considéré désormais le M23 comme un mouvement terroriste comme les ADF et exclu du processus de Nairobi.

Il a en outre, lancé une mise en garde à l’égard du Rwanda et la suspension immédiate des vols rwandais à destination RDC.

Signalons que lors du conseil de défense présidé par le chef de l’état congolais, l’armée rwandaise a été pointée du doigt d’être derrière les M23 dans l’objectif de déstabiliser l’Est du pays.

Laisser un commentaire