Nord-Kivu : Le député national Jean-Baptiste Kasekwa appelle le gouvernement à un engagement collectif pour éradiquer les ADF

Publicités

 

 

 

Jackson Bagheni

 

 

Face aux massacres incessants dans le territoire de Beni et d’assassinats ciblés par les terroristes du M23 dans le Rutshuru, le député national Jean-Baptiste Kasekwa alerte qu’il y a péril au Nord-Kivu.

L’élu de Goma explique qu’en 9 jours, soit du 22 juin au 1er juillet 2022, le rapport de monitoring indique que le nombre minimal de victimes à Beni est de 82 civils tués, dont 32 civils tués à Rutshuru ,23 à Ruvumu et Kashari.

« Depuis les derniers massacres de masse de la semaine du 28 mai au 1er juin 2022 à Beu-Manyama, Bulongo et Otomabere, l’on dénombre au moins 196 tués à Beni-Irumu en 35 jours », ajoute le député national Jean-Baptiste Kasekwa.

Au regard de la cruauté des massacres, il estime qu’il est temps de faire recours à l’article 63 qui impose à tout congolais le devoir sacré de défendre l’intégrité territoriale gravement menacée.

Il a par ailleurs proposé la levée de l’état de siège, l’affectation des commandants patriotes capables de mettre la population en confiance ainsi que la collaboration efficace des jeunes volontaires en zones de Beni-Irumu-Mambasa, s’avèrent impérieux.

« Une vigilance maximale et un renfort en hommes et en logistiques s’imposent sur tous les fronts de Rutshuru, Beni, Ituri et Fizi-Uvira », conclut-il assurant que c’est encore possible.

Laisser un commentaire