Nord-Kivu : Les déplacés de guerre vivent le calcaire à Oicha

Publicités

 

 

 

Jackson Bagheni

 

 

Plus de 2000 déplacés sont sans assistance en commune d’Oicha, chef-lieu du territoire de Beni au Nord-Kivu.

Ces derniers évoquent le manque des vivres, non vivres, des abris et même des soins de santé.

Ces déplacés sont venus de Mutuheyi, Mambelenga, Ndimo, Beu Manyama et dans d’autres villages du territoire de Beni et Irumu, dans la province voisine de l’Ituri.

Dans le champ des déplacés de Muloku, où le reporter de challengeinfo.net est arrivé ce mercredi 03 août, le chef de ce camp, déplore la mort de ses sept déplacés qui étaient tués à Mutuheyi par les rebelles ougandais ADF-MTM, lorsqu’ils partaient chercher les vivres pour leurs familles.

Celui-ci qui a parlé au nom de tous les déplacés dans ce site, a demandé aux autorités congolaises d’améliorer la sécurité dans les deux provinces en vue de regagner leurs différents villages d’origine.

Ceux de Luvangira qui se sont confiés à notre rédaction, demande aux organisations humanitaires, de leur venir en aide, tout en leur construisant des abris.

Contacté par notre rédaction, le bourgmestre de la commune d’Oicha, Kambale Kikuku Nicolas, a reconnu ce calvaire.

Cette autorité communale demande aux déplacés d’avoir la patience puisqu’il est entrain de plaider pour leur cause.

Il ajoute que le chef de l’État congolais, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, n’a jamais dormi à cause de la situation de l’Est du pays.

Laisser un commentaire