Pénurie de carburant : Sama Lukonde joue aux sapeurs pompiers !

Publicités

 

Rédaction

 

 

Le Gouvernement de la République démocratique du Congo n’entend ménager aucun effort pour juguler la pénurie du carburant à la pompe sur l’ensemble du territoire national.

Préoccupé par cette situation et déterminé à tout mettre en œuvre pour que le peuple congolais ne puisse pas être exposé aux effets néfastes de la pénurie du carburant, le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a réuni autour de lui, ce mercredi 6 avril, les opérateurs pétroliers œuvrant en RDC, le ministre des Hydrocarbures, le ministre de la Communication et Médias et tous les autres Ministres membres de la commission ECOFIN du Gouvernement, pour passer au peigne fin cette situation et envisager des solutions idoines.

À en croire le Ministre de la Communication et Médias, qui s’est confié à la presse à l’issue de cette réunion, le Gouvernement de la République a pris à bras le corps la question du carburant. Raison pour laquelle, il était nécessaire d’écouter les opérateurs du secteur.

Des dispositions nécessaires seront prises au regard de tout ce qui a été soulevé par les opérateurs du secteur.

« Il y a une crise effectivement en Russie et en Ukraine. Cette crise qui occasionne une surchauffe mondiale sur les prix des biens de première nécessité, notamment le carburant. Ce qui a été l’objet de cette réunion. Au-delà du travail qui a commencé et de manière étroite au niveau du ministère des Hydrocarbures, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a tenu, à son niveau, à réunir les acteurs du secteur avec les ministres concernés, les ministres qui participent à la commission ECOFIN. Mais la réunion a été élargie au ministre des Hydrocarbures, évidemment à la Communication et Médias, parce qu’il y a besoin d’expliquer ce qui se passe. Au terme de cette réunion, vous avez vu que le gouvernement travaille, comme toujours d’ailleurs, de manière étroite avec les acteurs du secteur. Il y a évidemment des ardoises qu’il faut combler dans le cadre du mécanisme mise en place parce que les congolais doivent savoir que le carburant que vous achetez à la pompe, 40% sont payés par le Gouvernement et que de ce fait, il existe les mécanismes de payement des pertes et des manques à gagner qui prennent du temps. C’est ce qui fait qu’aujourd’hui, il y a une difficulté pour les sociétés pétrolières de s’approvisionner. Les dispositions ont été prises pour que cela se fasse », a déclaré Patrick Muyaya Katembwe, le ministre de la Communication et Médias.

Pour sa part, Charles Nikobasa, Administrateur Directeur Général d’Engen qui s’est exprimé au nom de tous les opérateurs pétroliers présents à cette réunion, il a été non seulement soumis au Gouvernement les difficultés des opérateurs, mais aussi et surtout des solutions ont été proposées pour maîtriser la situation.

 »Pendant cette réunion, nous avons exposé à son Excellence, Monsieur le Premier Ministre les difficultés du secteur qui sont dues au fait que les paramètres de la structure des prix ne sont pas revus à temps et cela crée les pertes et les manques à gagner. Alors les solutions qui ont été proposées, c’est qu’on puisse combiner une étude dans la révision des prix pour supprimer les manques à gagner. Qu’on puisse certifier et payer les pertes qui ont déjà eu lieu jusqu’à la fin de 2021 et au premier trimestre 2022. Mais en plus, nous avons proposé des solutions aussi à long terme. Des solutions telles que le renforcement de la bonne gouvernance, que les fraudes soient supprimées, que le volume augmente. Parce que si le volume augmente, les prix à la pompe seront mieux maîtrisés par l’État. Nous avons également suggéré qu’on fasse une réflexion profonde sur l’optimisation de la logistique des importations des produits vers la RDC. Qu’on puisse faire des pipelines pour optimiser et maîtriser le prix à la pompe », a-t-il suggeré.

Notons que le Gouvernement Sama Lukonde reste déterminé à prendre à bras le corps, l’approvisionnement du pays en carburant pour ne pas exposer les Congolais aux effets inhérents de rupture de stock.

Laisser un commentaire