Processus électoral : André Mbata juge inopportun l’apport des Confessions religieuses

Publicités

 

Sarah Bukasa

 

L’apport des Confessions religieuses dans la désignation des animateurs vienne d’être jugé inopportun par le président de la Commission mixte paritaire chargée d’examiner les dossiers des candidatures des membres de la Ceni.

André Mbata estime que les confessions religieuses ne doivent plus figurer dans la désignation des membres de la centrale électorale.

« Les chefs des Confessions religieuses étaient incapables de désigner un président de la Céni, alors qu’on critique les politiciens. Les pères spirituels ont raté leur chance. Cette tâche devrait au moins être réservée à la Société civile dans son ensemble », a-t-il déclaré.

Ce cadre du parti présidentiel, député national, pense qu’il faudra mettre fin à cette pratique en déposant une proposition de loi au niveau du parlement.

« Il y a sûrement des collègues qui vont préparer des propositions de loi pour mettre fin à cette sorte de dictature. Nous sommes un État laïc. Cependant, ils se sont donné tous les galons alors que la République, ce ne sont pas seulement les confessions religieuses », a-t-il déclaré.

Rappelons que la désignation du membre de la centrale électoral n’a pas fait l’unanimité dans le chef des confessions religieuses.

Laisser un commentaire