RDC/Révision de la constitution : Les députés nationaux divisés

Publicités

 

Jackson Bagheni

 

 

Des avis se divergent dans la classe politique, notamment les députés nationaux sur la question de la révision de la Constitution.

Si les uns appuient cette idée, d’autres la rejettent carrément et d’autres encore estiment qu’il y a d’autres urgences que cette question.

Intervenant lundi 21 mars dernier sur les ondes de la Radio Okapi, Delly Sesanga plaide pour le rétablissement de deux tours de la présidentielle.

Il demande aussi la démission du Chef de l’Etat si le corps électoral n’est pas convoqué trois mois avant les élections.

Concernant le nombre et la durée du mandat du Chef de l’Etat, Delly Sesanga tranche :

« La plupart des dispositions de la Constitution peuvent être révisées. Mais, il y en a pour lesquelles, on ne peut pas revenir pour sa révision. C’est le cas de la durée et du nombre du mandat du Président de la République».

Pendant ce temps, un avis que ne partage pas son homologue Steve Mbikayi qui prône pour le rallongement du mandat du Chef de l’Etat de 5 à 7 ans et la suppression de certaines institutions budgétivores comme le Sénat.

Pour sa part, Marie-Ange Lukiana propose la création d’un poste de vice-président de la République.

Le député John Banza estime qu’il y a plus urgent dans le pays que la révision de la Constitution.

« Il serait plus utile de donner des pistes de solution pour que le mandat qui nous est donné soit beaucoup plus fructueux que de penser au rallongement du nombre d’années », soutient-il.

John Banza invite le parlement à travailler sur l’amélioration des conditions de vie des congolais surtout aux enseignants et militaires.

À quelques mois des élections générales de 2023, trois initiatives de révision constitutionnelle sont déjà déposées à l’Assemblée nationale.

Un collectif de députés nationaux plaide pour la programmation du débat sur la révision de la loi fondamentale au cours de cette session alors que d’autres jugent cette révision qui devrait porter essentiellement sur certaines dispositions liées au système électoral congolais inopportune.

Laisser un commentaire